Faut-il avoir une méthode pour gagner au PMU ?

Méthode, ou pas méthode ? A chacun sa façon de jouer me direz-vous. Une pub du PMU des années 90
disait « Avec le PMU, aujourd’hui, on joue comme on aime. » C’est toujours vrai de nos jours.

Rien ne vous empêche de considérer les paris hippiques comme une loterie, et de toujours jouer les mêmes numéros.


Vous pouvez très bien jouer la date de naissance de votre belle-mère ou de votre chien. Votre plaque d’immatriculation ou celle de votre voisine.


Si c’est votre cas, je ne vous en veux pas, et je le répète, chacun joue comme il veut. Mais je pense que vous ne trouverez pas ce que vous cherchez sur ce site.


A part ces façons de jouer où seule la chance entre en ligne de compte, quelles sont les différentes méthodes pour jouer, et gagner ?


Ecouter les tuyaux et les ragots

C’est la meilleure façon de perdre votre temps et surtout votre argent. Vous arriverez à faire quelques bons coups en écoutant les bruits qui courent. Les bruits d’écuries, comme on dit dans le jargon des turfistes.


Mais le plus souvent vous allez perdre ! En effet, croyez-vous que les gens qui possèdent de vraies infos vont vous les donner ? Pourquoi vous les donneraient-ils en sachant que cela va faire baisser la cote, et qu’ils toucheront moins ? Restons sérieux.


Même si de vraies bonnes infos peuvent exister, il n’y a pas de coup sûr. Les mieux informés, y compris l’entourage des chevaux, peuvent se planter lamentablement et perdre de belles sommes.


Suivre les journaux

Dans les journaux hippiques, vous trouvez bien sûr, le tableau des partants, « la musique » des concurrents, les écarts, des statistiques sur les numéros, les jockeys et les entraineurs.


Ils vous livrent également leurs différents pronostics. C’est très bien, mais ça ne vous dit pas quoi jouer et surtout comment le jouer !


Pronostics gratuits ou payants en ligne

La plupart sont à fuir comme la peste. Il y en a de sérieux, bien sûr, mais je pense qu’ils peuvent se compter sur les doigts d’une seule main.


Je n’aime pas critiquer les autres, mais sur ce site j’ai annoncé que je voulais vous aider à mieux jouer; donc je dois vous prévenir.


Pour évaluer la qualité d’un site, il y a bien sûr la fiabilité des pronostics, mais laissez aussi de côté les sites bourrés de fautes d’orthographe, et ceux où il y a pleins de machins qui clignotent de partout.


Au sujet de la fiabilité des pronostics, il faudrait aussi savoir s’ils sont rentables sur le long terme. Et là, c’est tout un programme. Je le traiterai dans un article à part.


Jouer les numéros à l’écart

Encore une fausse bonne idée ! Si un numéro est resté longtemps sans sortir, rien ne vous dit qu’il va sortir demain. Vous pouvez peut-être attendre encore 2 mois avant que ce numéro sorte. (Nous l’avons vu ici.) Alors difficile, voire impossible de rentabiliser l’opération.


Acheter une méthode, un livre, un logiciel

Dans ce cas aussi, il faut savoir raisonner sur le long terme. Un bilan très (trop) prometteur basé sur 50 courses, n’est pas fiable. Les spécialistes vous diront qu’il faut avoir testé sur 500 courses pour avoir un bon recul.


Eliminez bien sûr les supports qui vous promettent de devenir millionnaire en 3 semaines en touchant le quinté dans l’ordre à chaque fois. (J’exagère à peine.)


Au sujet des logiciels, j’en ai testé plusieurs crées par une personne très douée. Pourtant aucun n’a fait de moi un millionnaire. Par contre, ils peuvent vous faire gagner un temps énorme si vous décidez de créer votre propre méthode, grâce à leur puissance de calcul.


Créer sa propre méthode

Je développerai dans un prochain article, mais le gros problème, comme pour toutes les méthodes, c’est que rien ne vous dit que ce qui c’est passé se répètera dans le futur.


Par contre je vous dévoilerai plus tard la méthode pour minimiser ce risque.


Pour ceux qui jouent sans méthode – L’histoire de mon cousin

Mon cousin, que nous appellerons Alain pour des soucis de discrétion, joue tous les jours 40 € en moyenne depuis plus de 20 ans.


Il joue au tiercé, quarté, quinté (le plus souvent), et parfois au pick 5.


Bien sûr s’il ne gagnait pas de petites sommes de temps en temps, il ne pourrait pas jouer autant. Il touche des bonus ou un tiercé, dans le désordre le plus souvent.


Nous ne sommes pas d’accord sur 2 choses : il joue sans méthode et il ne joue pas en paris simples.


Il joue souvent ses jockeys ou drivers favoris, au gré de son humeur. En fait il fait trop confiance à la chance, surtout en jouant des quintés.


De cette façon, vous l’avez compris, difficile de rentabiliser ses mises et de faire un bénéfice régulier.


Si je vous parle de mon cousin aujourd’hui, c’est en fait qu’il m’a fortement véxé au mois de février de cette année 2019. En effet, il a touché le tiercé, le quarté et le quinté. Le tout dans l’ordre. Résultat des courses : 24 000 € et des poussières.


Il a bien entendu gentiment pavoisé auprès des autres turfistes de la famille, dont moi-même. Tout en reconnaissant qu’il avait eu beaucoup de chance.


Mais faisons un peu le bilan de l’opération

40 € par jour pendant 20 ans, je vous épargne les calculs, ça fait tout de même la bagatelle de 292 000 €. Admettons qu’il en ai récupéré la moitié, ça fait tout de même une perte de 146 000 €. Moins les 24 000 € de gains en février, il reste une perte de 122 000 €.


Je sais que parier doit rester un loisir et un plaisir, mais son bilan serait sans doute positif s’il avait joué avec rigueur et méthodiquement au jeu simple. Voilà la morale de cette histoire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *