Pourquoi je ne joue plus Jean-Michel Bazire ?

Aujourd’hui je vais sûrement vous surprendre et en faire bondir plus d’un. En effet, à la fin de cet article vous saurez pourquoi je ne joue plus Jean-Michel Bazire. En fait, c’est surtout en paris simples placés que je ne le joue plus.


Pourtant, Jean-Michel Bazire est toujours le meilleur !

Au moment où j’écris ces lignes, Jean-Michel Bazire a décidé depuis un moment déjà, de moins driver. Mais il reste un des meilleurs sur l’ensemble de sa carrière. Que ce soit comme driver, ou bien comme entraineur.


En lisant le titre de cet article, nous avez peut-être cru que je mettais en cause son talent ? Pas du tout, et je reste admiratif devant ce grand professionnel. Sa réussite n’a d’ailleurs rien à voir avec de la chance. Il a réussi en étant méticuleux, travailleur et aussi talentueux, notamment sur un sulky.


Non, je n’ai évidemment rien contre lui. J’ai même eu le plaisir de le rencontrer sur l’hippodrome de Saint Galmier le 3 juillet 2016.


Alors pourquoi ce coup de gueule ?

Parce que je suis en colère contre les turfistes qui le joue aveuglément et sans réfléchir. Jean-Michel Bazire, dès qu’il monte sur un sulky est toujours sous-coté. Donc pas intéressant de le jouer en simple placé.


Alors il faut réfléchir tout de même un peu !

J’ai vu des chevaux qui restaient sur 4 distancements partir à la cote de 2,5/1 simplement parce que JMB était au sulky.
Mais bon, un concurrent qui reste sur 4 distancements, c’est qu’il a des problèmes d’allure, non ? Il faut être cohérent dans ses choix et ne pas se laisser aveugler par le prestige du driver, aussi bon soit-il.


Exemple d’un week-end où les partisans de JMB ont dû être très déçus

  • Tout d’abord parlons du samedi 5 janvier 2019 :

Il s’agit du prix de Breteuil à Vincennes. Une course support du Quinté, de 2100 mètres, grande piste et départ à l’autostart.


Jean-Michel Bazire part à la cote de 3,9/1. Résultat des courses : distancé ! Ce cheval n’avait pas des performances extraordinaires et avait été distancé 2 fois lors de ses 8 dernières courses.


Le pire, c’est que d’autres concurrents avaient une musique meilleure que le cheval à JMB.


  • Le lendemain, le dimanche 6 janvier 2019 :

Cette fois il s’agit du prix de Lille. Même configuration que la course de la veille.


On prend les mêmes et on recommence, JMB se retrouve favori des joueurs à la cote de 3,4/1. Il fini 10ème cette fois-ci.


Les chevaux qui finissent aux 3 premières places avaient de bien meilleures performances que le cheval drivé par JMB.
Cherchez l’erreur !


  • Et pour finir, le lundi 7 janvier 2019 :

Le prix de l’Aveyron, course de trot attelé également, sur 2850 mètres, grande piste et support du Quinté.


JMB se retrouve encore favori à 3/1 et son cheval est à nouveau distancé ! Voici quelle était « sa musique » sur ses 5 dernières courses : 0a0a0a0a0a. Rien que des zéros !


Les 3 premiers de la course n’avaient pas non plus « une musique » très emballante, mais tout de même mieux que le cheval à JMB. C’est à croire que certains parieurs aiment se faire mal.


Et donc comment faire ?

Il vous faut donc bien évaluer les chances du cheval. Regarder s’il est déferré (surtout s’il ne l’était pas à sa course précédente), et s’il est souvent distancé. (Plus d’autres astuces que nous verrons dans de prochains articles.) Ensuite, et seulement ensuite, il faut tenir compte du talent de l’entraineur et du driver.


Pour en savoir plus, inscrivez-vous sur le blog et recevez gratuitement « Les 5 règles d’or pour gagner au trot ».



Lettres minuscules sans accents, chiffres, traits d'union, underscores, points et @ uniquement

Au moins 6 caractères



Voilà, j’espère que cet article vous aidera à faire le papier, et surtout qu’il fera réfléchir un peu plus certains turfistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *