La diffusion du quinté à la télévision – Mon coup de gueule !

Ce n’est pas la première fois que le turfiste lambda est privé de la diffusion de la course à évènement (le tiercé comme on dit communément) à la télévision.


C’est un problème récurrent. Au moment où j’écris cet article (le dimanche 10 novembre 2019), il n’est diffusé que par Equidia. Or ce n’est pas tout le monde qui dispose de la chaine Equidia.


Habituellement, pour ce qui me concerne, je peux voir Equidia à la télévision grâce à mon fournisseur d’accès à Internet. Mais là, je suis passablement énervé car ça fait 12 jours que nous n’avons plus de connexion. Vive la campagne !



Les raisons de mon « coup de gueule »


C’est sûr que le fait de ne plus avoir de connexion pour moi qui travaille sur le Net, ça n’arrange pas mon humeur. 🙂 Mais je trouve qu’en 2019 il est parfaitement inadmissible de ne pas pouvoir assister à la course du quinté sur une chaine gratuite. Nous les turfistes sommes vraiment la cinquième roue de la charrette.


C’est la faute à la télé ?


Il faut savoir que les chaines de télévision ne fonctionnent qu’à travers l’Audimat. Vous savez, ce truc qui mesure l’audience pour chaque émission que la télé diffuse. Tout tourne autour de ce machin, et il n’y a que ça qui compte. Nous les turfistes ne sommes pas assez nombreux.


Mais alors qui sont les coupables ?


Ne pouvant pas me renseigner sur Internet, comme je vous l’ai dit plus haut, je crois me souvenir de plusieurs choses. En effet, ce n’est pas la première fois que j’assiste à ce genre de « foutage de gueule » depuis bientôt 50 ans que je joue aux courses.


Les chaines de télévision et les instances des courses se rejettent mutuellement les torts


D’un côté nous avons les chaines de télévision qui ne pensent qu’aux bénéfices, et qui ont oubliées la notion de « service public ». De l’autre, nous avons les dirigeants des instances des courses hippiques qui veulent faire payer trop cher les droits de diffusion.


Un vrai dialogue de sourds et je dirais même d’incompétents. Nous les turfistes sommes en quelque sorte pris en otages. INADMISSIBLE !


Comment faire bouger les choses ?


Je pense que malheureusement il n’y a pas grand-chose à faire. On dirait que les grandes instances des courses françaises vivent sur une autre planète. Qu’elles sont déconnectées de la réalité et que seul l’argent des parieurs les intéresse. Il faut savoir que ces instances fonctionnent de manière totalement archaïque et pas du tout démocratiquement.


Un bon coup de pied dans la fourmilière serait salutaire pour tout le monde.


Par le passé, je crois qu’il y a déjà eu des pétitions, mais vous voyez le résultat aujourd’hui ! Que fait l’Association Nationale des Turfistes ?


Si vous avez des idées sur la question, j’attends vos commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *