Comment faire votre propre méthode turf infaillible ?

Aujourd’hui, je vais vous expliquer comment et pourquoi créer votre méthode personnelle pour jouer aux courses hippiques; que ce soit au PMU ou ailleurs.


A la fin de cet article, vous trouverez un exemple de création de méthode, et vous saurez vous en créer une bien à vous.

comment faire sa méthode turf personnelle

Quelques lecteurs m’ont signalé qu’ils jouent aux courses de chevaux avec une certaine réussite, selon une méthode qu’ils ont élaborée eux-mêmes.


D’autres, bien plus nombreux, voudraient bien se créer une méthode de jeux, mais ils ne connaissent pas du tout la marche à suivre.


Tout d’abord, avant de commencer, nous allons voir tous les avantages d’avoir une méthode personnelle.


Pourquoi posséder une méthode de jeu bien à soi ?

Il est évident qu’il est préférable d’utiliser un système de sélection personnel plutôt que d’utiliser celui de « monsieur tout-le-monde ». Pourquoi ?


Parce que plus un cheval est joué, moins il rapportera. Vous connaissez ce principe. Une méthode bien à vous, vous permettra de sélectionner un cheval qui ne sera peut-être pas joué par tout le monde. Et les rapports seront plus conséquents.


Celui qui joue sa propre sélection sera certain que des milliers de turfistes ne vont pas systématiquement faire comme lui. Les cotes n’en seront que meilleures.


Avant de vous donner les moyens de fabriquer votre méthode personnelle, il faut bien définir ce qu’est une méthode de sélection hippique. Les vraies, les fausses et les différents genres.


C’est quoi une méthode digne de ce nom ?

Une bonne méthode c’est un procédé, écrit noir sur blanc, qui permet de déterminer le ou les chevaux à jouer en utilisant toujours le même processus. Elle s’appuie sur des règles précises qui ne doivent pas changer au gré de votre humeur, de votre capital de jeu, de vos gains, de vos pertes ou de vos émotions du moment.


La clarté et la précision sont les 2 qualités indispensables d’une bonne méthode. Son texte doit être rédigé d’une façon telle que la sélection puisse s’opérer sans aucune ambiguïté, confusion ou doute possible.


Les fausses méthodes

En fabricant votre méthode, ne faites pas comme certains vendeurs peu scrupuleux. Ils commercialisent des systèmes de sélection qui n’ont de méthodes que le nom que ces charlatans ont bien voulu leur donner.


Les auteurs de ces pseudos ouvrages se sont arrangés pour que leur procédé de sélection soit assez flou et contradictoire. Cela leur permet de sélectionner le cheval de leur choix, ce qui est bien commode pour fabriquer de toutes pièces des statistiques extraordinaires.


Laissons de côté ces procédés douteux, et voyons plutôt les 3 principaux genres de méthodes.


course hippodrome


Les méthodes « de rubriques »

Ces systèmes reposent uniquement sur les différentes rubriques des journaux spécialisés comme « Week-End », « Tiercé Magazine » et « Paris-Turf ».


Certaines de ces rubriques sont rédigées par des journalistes hippiques et ne reflètent que leurs opinions.


Le gros défaut de ces systèmes de sélection, c’est qu’ils reposent uniquement sur les appréciations personnelles des journalistes. Ils ont leurs périodes de forme ou de méforme, de chance ou de malchance. Ils sont aussi remplacés parfois (congés, maladies)…


D’autres sont basées uniquement sur les performances réelles des chevaux. C’est ce que nous allons voir sans plus tarder. Et c’est celles que je préfère, vous verrez plus loin pourquoi !


Les méthodes « de performances »

Les méthodes dites « de performances » se basent toutes sur les renseignements que vous pouvez recueillir sur les courses passées des concurrents de la course du jour.


Il s’agit du classement du cheval dans sa ou ses courses précédentes, du temps réalisé sur le parcours (valable surtout au trot), et de sa dernière cote.


En effet, la façon dont a été joué un cheval dans ses dernières courses est un élément très important dans l’élaboration d’une méthode fiable.


L’allocation, la distance de la course, le nombre de partants, la date et l’hippodrome, l’état du terrain ainsi que le poids que le cheval avait à porter sont les meilleurs indicateurs dont on peut se servir.


J’allais oublier : il y a aussi la distance ou le temps qui séparait les uns des autres les différents chevaux à l’arrivée.


Je pense que les dernières performances des chevaux c’est bien la seule sélection valable car elle se base sur les possibilités physiques des chevaux. C’est la réalité !


Et les possibilités d’un trotteur ou d’un galopeur, vous ne les découvrirez que d’après ses performances, pas autres choses.


C’est en associant ces divers éléments, par un dosage rationnel, que vous obtiendrez les meilleurs résultats pour réaliser une bonne méthode.


Pour la ou les dernières performances des chevaux, tout journal hippique digne de ce nom vous donnera ces précieux renseignements. Et il y a aussi Internet.


Citons les sites de Week-End, Paris-Turf, PMU.fr et Geny Courses. Il y en a bien sûr beaucoup d’autres.


Maintenant que nous avons vu les différents éléments dont nous devons tenir compte, quels sont ceux qui ont le plus d’importance pour l’élaboration d’une bonne méthode ?



Pour lire la suite, vous devez être membre.





Inscrivez-vous dès maintenant !
Cliquez ici si vous avez perdu votre mot de passe



Comment faire votre propre méthode turf infaillible ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *